Qui sommes-nous ?

La cave La Languedocienne et ses Vignerons est située dans le sud de la France entre la montagne noire et le Canal du midi, au cœur de l’appellation Minervois et du village d’Argeliers.

Créée en 1931, notre cave compte aujourd’hui près de 300 viticulteurs et son domaine s’étend sur 1 600 ha.

Avec une gamme composée de vins d’Indication Géographique Protégée et d’Appellation Origine Protégée Minervois en rouge, rosé et blanc, nous vous proposons une large palette gustative.

Nos AOP Minervois sont élaborés dans le respect des traditions viticoles. La qualité du produit est le critère principal de nos vignerons et vinificateurs.

Le vignoble du Minervois est situé au nord de Carcassonne et s’étend jusqu’à Béziers. D’une superficie de 50 Km d’est en ouest et de 30 Km du nord au sud, l’altitude peut varier de 50 m au bord du Canal du Midi jusqu’à plus de 500 m sur les premiers contreforts de la montagne noire.
Cette situation géographique, ajoutée à la présence plus ou moins éloignée de la Méditerranée, amène des variabilités climatiques assez importantes. Cela donne à chaque vin l’empreinte unique de son terroir.

Nous serons ravis de vous accueillir au sein du « Caveau Marcelin Albert » afin de vous faire découvrir notre gamme de vins.

Un peu d’histoire …

La Cave La Languedocienne et ses Vignerons est située dans le village d’Argeliers dans le département de l’Aude.

Dans cette commune, au début du siècle dernier, des hommes se fédèrent face à la grave crise viticole que subissait alors le pays.

En 1885, le phylloxera ravage le vignoble et met fin à 50 années de croissance économique dans la région. La rude concurrence et l’augmentation de la fraude enracinent le monde viticole Languedocien dans la crise. Le 11 mars 1907, ils sont 87 d’Argeliers à se rassembler au son du clairon afin de se rendre à pieds à Narbonne, rencontrer les parlementaires de la commission envoyés par le gouvernement. Ayant été écoutés mais pas entendus, concernant l’abrogation de la loi sur la chaptalisation et le problème de la surproduction, un comité de défense viticole est créé. A leur tête, un homme, Marcelin Albert, le chef de file du mouvement, entraîne une foule toujours plus nombreuse au fil des manifestations pacifistes. Trois mois plus tard, ils seront plus de 600 000 dans les rues de Montpellier…

Cette révolte prend fin le 19 juin 1907 suite au vote de la loi règlementant l’élaboration des vins français, toujours en vigueur actuellement.

En 2007, à l’occasion du centenaire des évènements de 1907, La Languedocienne a organisé une vente aux enchères qui a permis la restauration du pressoir de Marcelin Albert. Désormais, cet événement a lieu chaque année au mois d’août, il rend hommage aux défenseurs de la viticulture et contribue ainsi à la sauvegarde du petit patrimoine viticole.